La fiesta à Ibiza…ou pas

La fiesta à Ibiza…ou pas

Finalement la semaine dernière nous sommes restés à la Cala Ratjada. La météo n’annonçait pas de vent avant vendredi, alors on a préféré profité de ce cadre agréable pour se reposer plutôt que de continuer au moteur. Vendredi, nous sommes partis au lever du jour et avons établi la grand voile et les deux phares carrés pour faire du vent arrière. La navigation à été très agréable, ni roulis, ni gîte, mais au prix d’une vitesse moyenne de 2-3 nœuds! Nous avons fini par mettre le moteur et avons visé l’île d’Ibiza pour attendre la prochaine fenêtre de vent.

Samedi nous avons mouillé à la cala Talamanca, non loin du fameux Pacha. Nous avons débarqué avec l’envie de faire les boutiques, boire un verre, et pourquoi pas faire la fiesta jusqu’au bout de la night. Nous n’avions alors pas entendu les informations…en nous entendant parler français, une vendeuse nous a interpelé sur Paris, pour savoir si ce n’était pas trop difficile pour nous et nos proches. On ne comprenait pas de quoi elle parlait. Elle nous a raconté. Nous n’avions plus envie d’aller faire la fête finalement…

Dimanche nous avons loué une voiture pour aller visiter le nord de l’île. Nous sommes allés au mercadillo de Sant Joan, sous les conseils de Gracia et Fabienne, la vendeuse qui nous a appris la nouvelle et une amie à elle, avec qui nous avons beaucoup discuté. C´etait un marché hippy avec des légumes bios, des vêtements, des bijoux et des objets de décoration artisanaux. L’ambiance était très cool, posée, beaucoup d’enfants, de familles, d’amis qui se retrouvaient. Pas mal d’étrangers également, Ibiza est une île assez multiculturelle.

Le mercadillo de Sant Joan.
Le mercadillo de Sant Joan.
Une sculpture à base de carton et de colle, nous avons beaucoup aimé. Www.garciayalbizuri.com
Une sculpture à base de carton et de colle, nous avons beaucoup aimé.
Www.garciayalbizuri.com
Thomas a beaucoup aimé ces insignes!
Thomas a beaucoup aimé ces insignes!

Nous avons ensuite longé la côte est pour rentrer sur Ibiza. Sur le chemin nous avons croisé une jeune femme qui regardait un plan d’un air dubitatif : elle habitait sur notre route alors nous l’avons raccompagnée. Canadienne d’origine indienne, elle habite à Ibiza depuis la rentrée scolaire et enseigne l’anglais en maternelle dans une école Montessori. Nous avons échangé autour d’une “caña”, c’était une belle rencontre.

Nous avons découvert une facette de l’île qu’on ne soupçonnait pas:nous voulions profiter de la réputation festive de l’île pour sortir danser, finalement nous avons côtoyé les locaux et réalisé que sorti de la ville d’Ibiza, l’île est sauvage, avec de l’éco-tourisme rural, des gens qui profitent de la beauté de l’île et du soleil, à la cool, aux antipodes de la musique électro jusqu’au bout de la nuit.

On attend toujours le vent. Il n’arrive pas. On va peut-être se résigner à faire une journée de moteur pour rejoindre la côte espagnole.

C’est bizarre de vivre la situation actuelle depuis l’étranger. Ici toutes les personnes avec qui nous en avons parlé sont choquées et solidaires de la France, ils partagent notre désarroi et nous demandent des nouvelles de nos proches. Nous pensons fort à vous, à nos amis qui habitent à Paris en particulier.

“…”

Il est midi. La minute de silence.

One thought on “La fiesta à Ibiza…ou pas

  1. j’aime trop la photo de thomas!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *